La pilule et l'implant ne peuvent pas être parfaits !

Une étude sur l'implant a montré que les effets secondaires étaient peu nombreux et bénins. Pour commencer la pose de l'implant laisse une petite cicatrice, et on peut le sentir au touché, ce qui peut indisposer certaines femmes. Sinon, le plus gros problème est la modification des règles dans les deux cas, on voit ci-dessous pour des femmes utilisant Implanon que parmi les modifications 25% des femmes ont des règles peu fréquentes, c'est ici les plus gros problème... Le deuxième symptôme le plus gênant est que 12% des femmes ont des règles prolongées ou des saigneements répétés (spotting), mais normalement ce problème devrait disparaître dans les six mois suivant la pose de l'implant.

 

 

 

Ensuite, on retrouve des effets indésirables similaires avec la pilule ; prise de poids, baisse de la libido, alopécie, nausées, mastalgie, céphalées... Tous ces effets secondaires disparaissent généralement après quelques mois, ces effets sont souvent du à un mauvais dosage des progestatifs et/ou des œstrogènes. Si les effets persistent, il faut donc changer de pilule ou arrêter l'implant. Les contraceptifs oraux comme la pilule retiennent parfois l'eau et le sodium (sel) faisant gonfler les doigts et les chevilles. Lorsque l'on a des problèmes de rétentions (d'eau ou de sel) il faut prévenir son médecin. La prise de poids peut généralement être corrigé par des mesures diététiques simples. Les tensions mammaires pour la pilule sont dues aux œstrogènes qui sont en excès. Lors d'une étude française pour la pilule, sur 108 femmes 17,6% ont affirmé avoir des céphalées (maux de tête), 14,8% d'entre elles se sentent plus nerveuses et enfin 12% voient une perte de cheveux (alopécie). Ce sont les trois symptômes les plus fréquents.

Pour la pilule, il existe des inconvénients supplémentaires; comme toujours penser à prendre la pilule à la même heure si on veut que la contraception soit efficace. D'autres s'appliquent le plus souvent à des femmes prédisposées ou ayant des antécédents déjà atteints par certaines maladies. Par exemple, elle augmente les complications vasculaires et particulièrement la formation de caillots dans les veines donc le risque de phlébite.

La pilule, l'implant et les contraceptions hormonales soulèvent encore de nombreuses questions; comme par exemple "Augmente-t-elle le risque de cancer du col de l'utérus ou celui du sein?" Pour le cancer du sein, de nombreuses études ont été faites mais aucune n'a réellement démontré que la pilule ou autre augmentait le risque de ce cancer. Pour ce qui est du cancer du col de l'utérus, on sait maintenant que les contraceptions hormonales augmenteraient le risque mais ce ne sont en aucun cas le facteur déclenchant le cancer (dû au virus papillomavirus).

Pour terminer, on peut dire que la pilule et l'implant, sont des contraceptions qui ont toutes les deux quelques inconvénients mais il ne faut pas oublié que ce sont des contraceptions sûres et efficaces et qu'elles ne peuvent pas être parfaites.

                                                                                                                   F.D.

copyright f.e.c.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×