La pilule, ce n'est pas si compliqué !

Pour commencer sachez qu'il existe différentes sortes de pilules contraceptives : les micro-pilules progestatives ( elle doit être prise tous les jours à la même heure sans arrêt, elle fait appel à un progestatif sans œstrogènes ) et les pilules combinées ( utilisant deux hormones : œstrogène et progestatif) soit en plaquettes de 21 pilules donc avec un arrêt de 7 jours soit en plaquettes de 28 pilules donc sans arrêt.


La pilule est un moyen de contraception très répandu dans le monde, en effet la pilule est utilisée par 100 millions de femmes dans le monde. De plus on voit, grâce au graphique ci-contre,que la prise de pilule par les femmes en France a beaucoup augmenté depuis une quarantaine d'année (législation vers 1965).De 1978 à 2000 parmi les femmes utilisant une contraception, celles prenant la pilule ont augmenté de 18 points (Pour 100 femmes de 20 à 44 ans). De plus, en Suisse elle est prise part environ 66% des femmes de 15 à 34 ans.



Que contient une pilule ? En existe-t-il différentes ?
La pilule a bénéficié de nombreux changements depuis sa création. En effet, il existe maintenant différents dosages d'hormones.
Les pilules de « première génération » contiennent 30 à 50 microgrammes d'éthinylestradiol ( oestrogène utilisé ) et une forte dose de progestatif ( en général noresthistérone ou norgestriénone ) Mais ce type de pilule n'existe quasiment plus.
Les pilules de « deuxième génération » associent 30 à 50 microgrammes d'éthinylestradiol à un progestatif de type lévonorgestrel et norgestrel.
Les pilules de « troisième génération » sont constituées de 15 à 35 microgrammes d'oestrogène (éthinylestradiol) et un des progestatif suivants : gestodène, désogestrel, norgestimate ou drospirénone.
De plus il existe trois façons différentes d'associer les deux hormones :
La première est appelée une pilule monophasique ; les hormones sont à même dose durant tout le cycle.
La deuxième est appelée une pilule biphasique ; L'oestrogène et/ou le progestatif sont à des dose plus élevé pendant la deuxième partie du cycle, en effet on utilise ce système pour ce rapprocher du rythme hormonal naturel.
Et enfin la troisième est appelée une pilule triphasique ; ici les doses varient durant trois périodes au cours du cycle. Elle a été créée pour réduire l'apport global en hormones et donc leurs éventuels effets secondaires.

La pilule permet d’avoir ces règles plus régulièrement et de ne pas avoir d’enfant mais comment agit-elle?
La pilule contraceptive est composée d’hormones synthétiques reproduisant les œstrogènes et les progestérones. Elle agit sur deux grands points essentiels.
En premier lieu elle stoppe l'action de l'hypophyse en effet les hormones contenues dans le sang freinent la sécrétion des hormones hypophysaires; il n'y a plus de pic de LH ( le facteur déclenchant l'ovulation) donc l'ovulation ne peut se faire normalement. Ensuite elle modifie la muqueuse utérine; l'ovule ne peut s'y implanter. Puis ma glaire cervicale s'épaissit donc les spermatozoïdes se déplace difficilement à l'intérieur de la femme. On voit aussi que l'ovule est devenu trop gros pour se déplacer dans la trompe deFallope.
L’autre point essentiel est qu’elle maintient le taux de progestérone et d’œstrogène ce qui met l’organisme dans un état tel qu’il croit que la femme prenant la pilule est enceinte.

Il faut évidemment prendre la pilule très régulièrement, c'est-à-dire sans oubli, lorsque cela est le cas le taux d’efficacité de la pilule est de 99,7%, mais lorsqu’il y a eu un ou plusieurs oublis ce taux est de 92%, ce qui amène à dire que l’on risque une grossesse tous les 12 ans. Même si sa fiabilité n'est pas totale, la planification familiale en est fortement facilitée. En effet, on voit d'après le diagramme ci-dessous que la pilule est prise par de nombreuses jeunes filles qui utilisent une contraception. Ce sont surtout les jeunes femmes entre 20 et 34 ans.


Malgré cela, beaucoup de personnes ont des préjugés sur les effets de la pilule, en effet un jeune de 16 à 25 ans sur dix n'est pas conscient que la pilule ne protège pas des infections sexuellement transmissibles. De plus 64% des Français considèrent à tort qu'il existe des jours sans aucun risque de grossesse durant le cycle de la femme.

                                                                   F.D.

copyright f.e.c.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site